Voluntary Prisoners of the American Dream

Stéphane Degoutin

2006

Longtemps un épiphénomène, les gated communities – enclaves résidentielles privées protégées par des murs ou grilles et à l’entrée réservée aux seuls résidents ou leurs invités- prospèrent dans le monde entier. Elles ne relèvent plus d’une aberration urbaine ou de simples « ghettos pour riches » mais incarnent l’aboutissement d’une évolution, peut-être inexorable, de la ville contemporaine où la mixité et l’hétérotopie deviennent l’exception. L’ouvrage éclaire les conditions d’apparition du phénomène. Dans l’environnement incertain des mégapoles où tout est démesuré, sans qualité, et l’habitant un être nomade, le salut apparaît dans de petites communautés homogènes, où la réminiscence du village le dispute au modèle du parc à thèmes.